Fiche : Circulation routière sûre – une vision zéro en marche

Vision Zero Starts Today
 Vision Zero Starts Today by Dmitry Gudkov (CC BY-NC)

 Adopté en 1997 par le parlement suédois, la vision zéro a introduit une nouvelle façon d’aborder le problème de sécurité routière. Elle a permis de réduire notablement les accidents corporels graves et mortels. Quel est le concept de la « vision zéro » et quels sont ses résultats?

Bibliographie :

Fiche1Trafikverket, Swedish transport administration, Circulation routière sûre – une vision zéro en marche [En ligne], 2012, 3ème Edition, 20 p. [Consulté le 18 novembre 2014]. Disponible sur: http://publikationswebbutik.vv.se/shopping/ShowItem____5611.aspx


Thème de l’article:

Présentation du concept « vision zéro » et de ses résultats.


Résumé:

Adopté en 1997 par le parlement suédois, la vision zéro a introduit une nouvelle façon d’aborder le problème de sécurité routière. Elle a permis de réduire notablement les accidents corporels graves et mortels.

  • Vision zéro: le concept

Le concept repose sur l’idée suivante « zéro est le seul chiffre acceptable en matière de victime accidentée de la route » . Toutefois, toute l’innovation du concept repose sur l’approche qui permet de s’approcher de ce chiffre. Vision zéro admet que l’individu peut faire des erreurs et qu’il sera impossible d’éliminer la totalité des accidents.
Par conséquent, le système routier doit être élaboré de manière à limiter la gravité des accidents, il doit donc être dimensionné en fonction des tolérances biologiques humaines. La vitesse est par exemple un levier d’action. Un piéton percuté à 30km/h a de grandes chances de survivre alors qu’un piéton percuté à 50km/h meure dans la plupart des cas.
De plus, les concepteurs du système (constructeurs routiers, industriels automobile, la police, les hommes politiques et les organisations législatives) doivent travailler de concert pour permettre d’élaborer un système palliant aux éventuelles erreurs des usagers. Ces derniers sont quant à eux tenus de se conformer aux lois et aux règlements.

  • Les résultats

Après la décision du parlement, en 1997, de faire de la vision zéro le fondement des travaux en matière de sécurité routière, celui-ci approuve en 2009 un objectif intermédiaire. Le but est de réduire de moitié le nombre de morts sur les routes et d’un quart celui des blessés graves sur la période 2007-2020. Les efforts sont essentiellement portés sur la réduction des risques entrainant des blessures graves.
Les conséquences de ces décisions s’observent sur l’environnement routier national. Les glissières de sécurité et les rond-points ont fleuri ces dernières années. La sécurité des véhicules s’est également améliorée et des équipements visant à aider le conducteur à se rappeler des bonnes pratiques (capteurs de rappel de ceinture et alcolock) sont apparus. Les changements s’observent également au niveau de la réglementation qui s’adapte peu à peu au concept. A titre d’exemple, depuis 2005, les cyclistes âgés de moins de 15 ans doivent porter un casque.

  • Les prochaines étapes

Le chantier vision zéro est large et de nombreux éléments restent perfectibles.
La législation doit par exemple être révisée pour accorder la réglementation avec la vision zéro. En effet, la législation ne prend toujours pas en compte la nouvelle répartition des responsabilités (aménageurs-usagers) sur laquelle se fonde pourtant le concept. C’est toujours à l’usager qu’il incombe de veiller sur la sécurité routière.
Par ailleurs, la sécurité des routes peut encore être améliorée. Pour cette raison, à l’image de ce qui se fait pour les voitures dans le cadre du programme européen de crash test (Euro NCAP) plusieurs pays européens dont la Suède travaillent sur la création d’un système d’étalonnage pour mesurer et quantifier le niveau de sécurité sur les routes (Programme Euro RAP).

  • Les accidents de la route: un problème mondial

Si la Suède a décidé de réagir, les accidents de la route sont un problème mondial. Selon l’OMS, les accidents de la route sont la neuvième cause de mortalité au monde. Avec l’importante augmentation de la circulation routière dans les pays en voie de développement, certains pronostics laissent entendre que les accidents de la route pourraient devenir la troisième ou quatrième cause de mortalité.

 

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos prochains articles. C’est par ici ! 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s